Apprentissage précoce – Les films et la télévision peuvent-ils jamais être bons pour les bébés et les jeunes enfants?

Quelle question importante! En tant que parent d’un bébé ou d’un enfant en bas âge, vous voulez aider votre tout-petit à atteindre son potentiel. Nous savons que les compétences linguistiques et sociales sont très importantes pour réussir à l’école et dans la vie. Et quel meilleur moment pour commencer que lorsque votre enfant est jeune?

Premièrement, les mauvaises nouvelles – les très mauvaises nouvelles. « Une écoute excessive avant l’âge de trois ans s’est avérée associée à des problèmes de contrôle de l’attention, à un comportement agressif et à un mauvais développement cognitif. L’écoute précoce de la télévision a explosé ces dernières années et constitue l’un des principaux problèmes de santé publique auxquels sont confrontés les enfants américains », selon Chercheur de l’Université de Washington, Frederick Zimmerman.

Dans cet article, nous examinerons les liens suggérés entre le temps d’écran et le vocabulaire inférieur, le TDAH, l’autisme et les comportements violents. Ensuite, nous verrons comment vous pourriez utiliser la télé et les films pour bébés pour aider votre enfant à apprendre.

MAUVAISES COMPÉTENCES LINGUISTIQUES Une étude de l’Université de Washington montre que 40% des bébés de trois mois et 90% des enfants de deux ans «regardent» régulièrement la télévision ou des films. Les chercheurs ont découvert que les parents permettaient à leurs bébés et tout-petits de regarder la télévision éducative, des vidéos / DVD pour bébés, d’autres programmes pour enfants et des programmes pour adultes.

Que pouvons-nous apprendre de cette étude?

* « La plupart des parents recherchent ce qu’il y a de mieux pour leur enfant, et nous avons découvert que de nombreux parents estiment qu’ils offrent des possibilités d’éducation et de développement cérébral en exposant leur bébé à 10 à 20 heures de visionnage par semaine », explique le chercheur Andrew Meltzoff, psychologue du développement. .

* Selon Frederick Zimmerman, auteur principal de l’étude, c’est une mauvaise chose. «L’exposition à la télévision enlève du temps à des activités plus appropriées sur le plan du développement, comme un parent ou un adulte qui s’occupe de l’enfant et un enfant qui joue librement avec des poupées, des blocs ou des voitures …» dit-il.

* Les nourrissons âgés de 8 à 16 mois qui regardaient les programmes pour bébés connaissaient moins de mots que ceux qui ne les visionnaient pas.

«Plus ils regardaient de vidéos, moins ils savaient de mots», déclare le Dr Dimitri Christakis. « Ces bébés ont obtenu un score d’environ 10% moins élevé en termes de compétences linguistiques que les bébés qui n’avaient pas regardé ces vidéos. »

* Meltzoff dit que les parents « ajustent instinctivement leur parole, leur regard et leurs signaux sociaux pour soutenir l’acquisition du langage » – évidemment quelque chose qu’aucune machine ne peut faire!

* Étonnamment, cela ne faisait aucune différence que le parent regarde avec l’enfant ou non!

Pourquoi ces bébés ont-ils appris plus lentement? Le Dr Vic Strasburger, professeur de pédiatrie à l’École de médecine de l’Université du Nouveau-Mexique, déclare: « Les bébés ont besoin d’une interaction face à face pour apprendre. Ils n’obtiennent pas cette interaction en regardant la télévision ou des vidéos. En fait, le visionnage interfère probablement avec le câblage crucial posé dans leur cerveau au début du développement. « 

TDAH Le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention est caractérisé par des problèmes d’attention, d’hyperactivité et d’impulsivité. Un lien entre le TDAH et le visionnement précoce de la télévision a été noté par Dimitri A. Christakis, MD, MPH et al.

« Contrairement au rythme auquel la vie réelle se déroule et est vécue par les jeunes enfants, la télévision peut présenter des images, des paysages et des événements qui changent rapidement. Elle peut être trop stimulante mais extrêmement intéressante », affirment les chercheurs. « Nous avons constaté qu’une exposition précoce à la télévision était associée à des problèmes d’attention ultérieurs. »

Les chercheurs ont examiné les données de 1278 enfants à l’âge d’un an et de 1345 enfants à trois ans. Ils ont constaté qu’une heure supplémentaire de regarder la télévision quotidiennement à ces âges se traduisait par une probabilité de dix pour cent plus élevée que l’enfant présente des comportements de TDAH à l’âge de sept ans.

AUTISME L’autisme se caractérise par des compétences linguistiques faibles ou inexistantes, de faibles compétences sociales, des comportements répétitifs inhabituels et des intérêts obsessionnels. Une étude de l’Université de Cornell a révélé que des taux plus élevés d’autisme semblaient être liés à des taux plus élevés de temps d’écran.

Les chercheurs émettent l’hypothèse qu ‘ »un petit segment de la population est vulnérable au développement de l’autisme en raison de sa biologie sous-jacente et que soit trop ou certains types de télévision de la petite enfance servent de déclencheur à la maladie. »

Dans son commentaire sur cette étude dans le magazine Slate, Gregg Easterbrook note que les enfants autistes ont une activité anormale dans les zones de traitement visuel de leur cerveau. Étant donné que ces zones se développent rapidement au cours des trois premières années de la vie d’un enfant, il se demande si «la visualisation excessive d’images en deux dimensions sur écran aux couleurs vives» peut causer des problèmes. Je trouve ce commentaire très intéressant, car il s’appliquerait à tout l’éventail de la «programmation pour enfants de qualité» au matériel pour adultes.

COMPORTEMENT VIOLENT L’Association nationale pour l’éducation des jeunes enfants a identifié les domaines de préoccupation suivants concernant les enfants qui regardent la violence à la télévision: * Les enfants peuvent devenir moins sensibles à la douleur et à la souffrance des autres. * Ils peuvent être plus susceptibles de se comporter de manière agressive ou nuisible envers les autres. * Ils peuvent devenir plus craintifs du monde qui les entoure.

L’American Psychological Association rapporte plusieurs études dans lesquelles certains enfants ont regardé une émission violente et d’autres une émission non violente. Les membres du premier groupe ont été plus lents à intervenir, soit directement, soit en appelant à l’aide, lorsqu’ils ont vu de jeunes enfants se battre ou casser des jouets après le programme.

Maintenant que nous connaissons les mauvaises nouvelles …

Est-il possible d’utiliser des films du tout? Je pense que c’est. Je crois que la clé est d’utiliser le programme, pas simplement de le REGARDER. La plupart des gens savent qu’il est très bon de lire aux bébés, mais personne ne mettrait un livre avant un bébé et ne s’éloignerait, pensant que cela lui ferait du bien!

Bercez votre bébé ou appuyez sur le rythme de la musique classique ou des chansons pour enfants.

Soyez très, très sélectif sur ce que votre jeune enfant regarde – et regardez avec lui. Le programme fait-il preuve de gentillesse, de serviabilité, de générosité … quelles que soient les valeurs que vous souhaitez que votre tout-petit apprenne?

Lorsqu’elle est assez âgée pour se rapporter aux images de personnes, d’animaux et de jouets, parlez-lui de ce qu’elle voit. « Regardez le chiot. Il joue avec le chaton. Ce sont des amis. Maman est votre amie. » « Les bébés oiseaux ont faim. Ils appellent leur maman. Elle va revenir avec de la nourriture. » « Oh non! Le bébé agneau est perdu. Je me demande si le berger le retrouvera. »

Faites du temps d’écran un temps spécial – et très limité – que vous partagez tous les deux. Traitez un film pour bébé ou jeune enfant comme vous traitez un livre – comme un autre outil pour vous proposer des sujets d’interaction avec votre tout-petit.

Vous aimerez aussi...